• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 10 septembre 2006

Archive pour 10 septembre 2006

Lune Rouge

Dimanche 10 septembre 2006

Ok, voici le commencement de ma fiction inédite. Qui n’est pas vraiment le commencement de l’histoire car celle-ci sera ponctuée par de nombreux flash back remontant à une époque qui se tient avant le commencement du début de la fiction. Vous me suivez toujours :) ?

Assez parlé et que le spectacle commence.


Chapitre 1                    Le Fou au sourire sincère

Terrasacra, un pays oublié de tous où le temps semble avoir suspendu son vol. Une terre dont personne ne se souvient mais qui joua pourtant un role déterminant dans la survie de l’Humanité.

Terrasacra, un monde a elle seule où la corruption, la décadence, la perversion régnaient en maître absolu sur les âmes hantant ses terres.

Terrasacra a l’image des anciennes cités Sodome et Gomore tombées sous le courroux du Tout Puissant.

Terrasacra, là où le destin de l’Homme s’est joué…

L’art des fous peut nous toucher; il ne nous enrichit que par ce que nous retrouvons en nous-mêmes de ses étrangetés.
Jouve (Pierre Jean)


Le Fou se tenait sur l’estrade du cirque ambulant de la Lune Rouge qui sillonnait depuis de nombreuses années les terres désolées de Terrasacra.Sa peau était teinte de blanc et le contour de ses yeux ainsi que ses lèvres étaient maquillés de noir. C’était un Fou étrange. Pas de couleurs vives, pas de rire idiot, pas de vêtements ridicules. Si ce n’est son chapeau formé de deux cornes de feutre complètement noir à l’exception de deux pompons rouges, cousus à l’extrémité de chaque corne. Il portait un costume noir lui aussi, une redingotte en fait, une chemise blanche à colerette et une cravatte nouée noire. Non, ce n’était pas un Fou ordinaire, c’était un Fou étrange. Il s’avança face au public et s’inclina jusqu’au sol. Il se redressa et annonça:
« Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, la troupe du cirque de la Lune Rouge vous souhaite le bonsoir! Certains seraient tentés de ne pas prêter attention à ce que je raconte, car après tout, je ne suis qu’un Fou. Cependant, ce que dissimulent les apparences… » dit-il en tendant un chardon desséché. « Peu parfois grandement nous induire en erreur! » Il ôta son couvre-chef, le posa sur le chardon. Il y eut un bruit sourd, un nuage de fumée et le chardon fut remplacé par un magnifique Lys rose et blanc sous une vague de « ohhh » admiratifs. « Voyez comment la plus insignifiante des choses peut devenir un plaisir pour les sens. » Et il sourit. Non, ce Fou n’était pas comme les autres du même genre. Il n’y avait pas de démence, pas de sarcasme, pas d’intolérance, pas de moquerie dans son sourire. C’était juste un sourire sincère et bienveillant. 

« Encore une fois, vous pouvez vous dire « ce n’est qu’un Fou, à quoi bon l’écouter? » Cette fois, je ne vous donnerai pas tord car quel est le plus fou des deux? Le Fou ou celui qui l’écoute? Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, il n’y a aucune vérité que l’Homme possède avec certitude. Certain vous diront que ce que vous allez voir ce soir est l’oeuvre du Diable et des suppôts de l’Enfer. Moi, je vous dit qu’il ne s’agit que d’un spectacle réalisé par des artistes tous plus talentueux les uns que les autres mais que la nature n’a pas gâté. Oubliez ce que vos yeux vous montrent, ils sont traîtres car cette laideur qu’ils osent dévoiler sans vergogne, peut être cachée à l’intérieur de chacun d’entre nous. » Il sourit encore de ce sourire si sincère. Un sourire qui donne et ne reprend jamais rien.

Il écarta les bras et cria: »Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, la troupe du cirque de la Lune Rouge. » Encore une fois, il s’inclina jusque par terre. Une immense et majestueuse paire d’ailes noires surgit de son dos sous les cris des spectateurs. Les ailes se replièrent autour de lui comme pour le protéger des regards et la lumière tomba.

La musique explosa et des spots puissants éclairèrent la scène au moment même où le rideau de velour bordeau s’ouvrait et déversait les artistes sur l’estrade. Le Fou avait disparu.

Le cirque de la Lune Rouge était réputée dans tout Terrasacra pour son fabuleux spectacle de monstres.

Elisabeth et Mary les soeurs siamoises, liées à jamais par le bas du dos, jouaient du violon et faisaient des claquettes.

Henri, l’homme cheval, dont les genoux plaient dans le mauvais sens l’obligeant à marcher à quatre pattes, portait Tom, le petit homme qui ne mesurait que 50 centimètres.

Bertha, la femme à barde chantait des airs d’opéra accompagnée au piano par Lionel, l’homme à face de lion.

Grady, l’homme crabe dont les mains et les pieds étaient en forme de pinces.

Et Serpentina, la femme serpent, aux membres inférieurs difformes et allongés et à la peau écailleuse.

Le public, lui, riait. Il riait de vant tant de monstruosité. Elles étaient bien loin les paroles du Fou dont le sourire avait réussi à toucher leur coeur. Le spectacle était certe de qualité mais tous ces gens ne venaient pas là pour l’apprécier. Ils venaient là pour se moquer et rien ne pouvait les en empêcher. Et certainement pas les paroles d’un Fou, fussent-elles fortes de sens et sincères.

Le Fou observait le spectacle depuis les coulisses improvisées du cirque. Il adorait le numéro de claquette d’Elisabeth et Mary. Il avait ôté son chapeau laissant apparaître ses cheveux noirs en bataille.

« Regarde-les! Ton discours n’a servi à rien, ils ne profitent pas du spectacle. Ils sont là pour se moquer. »

Le Fou tourna la tête vers le directeur du cirque, Eddy Barclay. Un petit homme rondouillard, aux cheveux noirs, au teint huileux et aux yeux foncés. Dans ses bras, il tenait une marionnette qui était sa réplique miniaturisée. Elle répondait au nom de Ned.

« Si ne serait-ce qu’un seul d’entre eux a compris ce que j’ai dit ce soir et les regarde avec son coeur et non ses yeux, alors je n’ai pas parlé pour rien. » répondit le Fou en souriant.

« Tu es désespérant, Caleb. » Lança la petite voix de la marionnette.

« Il faudra un jour que tu m’expliques comment du fait tes sorties de scène. Depuis le temps que tu es ici, je n’ai toujours pas compris ton truc. » dit le directeur, changeant littéralement de sujet.

« ça c’est mon secret, Eddy. Je ne vais tout de même pas t’expliquer mes tours. Que resterait-il de mystérieux sinon? »

« Moi aussi je voudrais savoir. Tu voles à vedette à tout le monde avec tes ailes noires » lança la marionnette.

« Tu es trop curieux, Ned, répondit Caleb en s’adressant directement à la marionnette et en lui souriant. Et les vilaines marionnette finissent en petit bois pour le feu! »

« Tu ne ferais pas ça, Caleb? pleurnicha la marionnette. Tu ne le laisserais pas faire, Hein, Eddy? »

« Ne t’inquiète pas, Ned. Caleb disait ça pour rire. »

« Tu veux bien clôturer le spectacle à ma place, j’ai mal au crâne, je vais aller me reposer. » demanda Caleb en baillant.

« D’accord, mais lève-toi pour les saluer avant demain matin tout de même. Tu sais comme ils aiment que tu les félicites pour leur performances… »

Caleb sourit et répondit:

« Cela va de soit! »

Voilà, ceci met fin au premier chapitre qui est surtout comme une introduction. Laissez des commentaires pour me dire ce que vous en pensez.

Aerith21

 

   

Le tigre de Tasmanie: une espèce éteinte

Dimanche 10 septembre 2006

tigre1

C’est une histoire bien triste que celle du tigre de Tasmanie (encore appelé loup de Tasmanie ou Hyena).

Son nom scientifique est Thylacinus Cynocephalus.

Le Thylacine est brun. Il possède 15 à 20 rayures foncées sur le dos depuis les épaules jusqu’à la base de la queue. Les pattes sont relativement courtes. Les poils sont denses et courts.Ils ont des oreilles courtes et droites. Leur machoire est très puissante et munie de mâchoire 46 dents. Le mâle est plus grand que le femelle et mesure 1 mètre.

Le Thylacine femelle a en moyenne quatres petits qu’elle garde dans une poche ventrale. Et oui, c’est étrange mais le tigre de Tasmanie est un marsupial (kangourou, koala…).

C’est un animal nocturne voire semi-nocturne. Il se nourrit de petits mammifères et d’oiseaux.

Quelques années plus tard on rapporte que les Thylacines attaquent moutons et la volaille.

Tout se passait bien pour lui jusqu’à ce que par malheur, les Européens débarquent en 1803. Voilà que notre ami le tigre commence à attaquer la volaille et les moutons des colons( qui n’avaient rien à foutre là, je tiens à le préciser.

Ensuite débarque en 1830 une campagne d’évangélisation  qui, comme toutes celles dans son genre, aura fait plus de mal que de bien. Non seulement aux peuples indigènes mais aussi à l’écosystème.

Elle propose alors une récompense pour chaque tigre tué. Surnommé le tueur de moutons, le tigre fait alors l’objet d’une chasse sans merci…Plusieurs milliers d’entre eux sont tués, la survie de l’espèce est en danger et étrangement aucun scientique ne daigne s’intéresser à eux (oui ils étaient probablement en train de rechercher en Amazonie des crevasses où des dinosaures auraient pu survivre. C’est tout de suite beaucoup plus intéressant).

Puis, comme toutes les espèces destinées à s’éteindre, notre tigre se retrouve dans un zoo. Là encore, les hommes de science de l’époque n’ont pas compris que même en captivité, il était possible de maintenir une espèce. Ce zoo sera la dernière demeure du tigre de Tasmanie.

tigre2

En effet, Le 7 septembre 1936, le dernier tigre tasmanien connu meurt en captivité dans le zoo de Hobart en Tasmanie.

Le garde de poste de jour oublie de fermer le toit de la cage et l’animal meurt sous l’exposition du soleil. Jusqu’à la fin, c’est l’homme qui aura été l’instrument des l’extinction de cette espèce.

Les colons ont éradiqué cette espèce 140 ans après leur arrivée.

Il n’existe aucune photo de cet animal dans son élément naturel et seulement quelques unes prisent dans des zoos. Aucune étude n’a été faite sur cet animal durant son existence, ni même pendant sa période d’extinction.

Il existe par ailleurs à l’Australian Museum, à Sydney, un bocal dans lequel flotte un jeun tigre de Tasmanie depuis 1866. Les scientifiques ont bon espoir de pouvoir le clôner et ainsi le rescuciter.

Mais que finira-t-il par nous arriver, à nous, espèce parmi tant d’autres qui tentons de jouer aux apprentis sorcier? Ne vaut-il mieux pas ne pas commettre de bêtises plutôt que de vainement essayer de les réparer?

Toutes les espèces répondent aux lois de la nature, manger ou être mangé. Mais dans ce cas précis, risquions-nous vraiment d’être dévoré?

Aerith21
 

Le henné

Dimanche 10 septembre 2006

 henné3

Il s’agit en fait d’une tradition sociale qui date de l’antiquité. Les vertus médicinales de cette plante merveilleuse sont aujourd’hui incontestables.
C’est comme un tatouage mais éphémère et plus raffiné si vous voulez mon avis. C’est un rituel à la fois esthétique et médicinal que les femmes d’Afrique du Nord et d’Inde pratiquent depuis l’Antiquité.
Parlons un peu de la plante (ben oui, je suis tout de même agronome).Le henné maghrébin (hennâ) se caractérise par les feuilles, d’un vert plus intense que celles de l’olivier. La graine est noire comme les grains du sureau, la fleur blanche odorante est pareille à la mousse.

henné
Comment en fait-on une matière permettant le tatouage? On réduit les feuilles de henné en poudre et on ajoute de l’eau de rose et de l’eau ordinaire afin d’obtenir une pâte onctueuse.
C’est cette pâte qui va être utilisée pour peindre sur les mains, sur les pieds…
henné2

Bien sûr le henné occupe une place très importante dans la tradition. C’est une composante essentielle des rites de la vie maghrebine.

L’enfant de sexe masculin va y tremper les mains lors de la circoncision mais c’est surtout chez les femmes, dont il va pontuer les évènements de la vie, qu’il revêt une importante symbolique. 

Le début de la jeune fille marocaine avec le henné se fait très tôt. D’abord bébé et ensuite lors des cérémonies de circoncision de ses frères.

Mais c’est au moment de son mariage que son usage prend le plus d’importance. C’est un instrument de séduction de la parure de la mariée. On reserve toute une soirée à la pose des dessins.

Le henné est également présent dans d’autres étapes essentielles de la vie des femmes: celle de la procréation et de la fin du deuil qu’elles portent pendant quatre mois et dix jours à la suite du décès du mari.

Aerith21